Recrutement : le grand décalage

conscients-des-difficultes-liees-a_eda38afd9d07d03fbfc39050b44523ab.jpgJ’ai fait sept stages en quatre ans, parfois payés, parfois non, témoigne Géraldine Gothscheck, 24 ans. Certains se sont bien passés, mais la plupart furent des échecs. » Elle se souvient avoir essuyé un certain nombre d’insultes durant ces stages, avant de trouver que l’accès au marché du travail avait été relativement facile. « On apprend surtout à se débrouiller et à se forger une carapace. Ça m’a permis de prendre de l’assurance », dit-elle.

Nombreux sont ceux qui acceptent de travailler gratuitement dans des conditions pénibles pour accéder au marché du travail. La rareté de l’emploi a modifié les conditions de recrutement mais aussi les exigences, côté employeur comme côté candidat. Deux mondes en décalage.

Article complet  : ici 

Publicités
Cet article, publié dans entreprises, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s