Tu pars à 18 h, t’as pris ton après-midi ?

shutterstock_166436042-300x300Si vous regardez de l’autre côté de l’Atlantique (ou sans aller si loin chez nos voisins suisses, germaniques ou nordiques), c’est plutôt l’inverse. Vous voir traîner au bureau jusqu’à 21 heures, ce n’est pas forcément bien vu, au contraire, c’est même une marque d’incompétence ou de mauvaise organisation.

Celui ou celle qui est efficace part à 17 heures en ayant terminé son job et gagne ainsi la considération et le respect de sa hiérarchie.

De fait, une présence excessive (horaires trop importants, trop tardifs, pas de pause, etc.) entraîne un manque d’efficacité, de concentration et bien sûr de motivation. Tous les prémices de la dépression et du burn-out.

Dans ces conditions, la fatigue physique et émotionnelle donne en toute logique une baisse de résultats et de productivité pour l’entreprise. De ce constat est née l’idée de chiffrer les coûts liés à ce dysfonctionnement.

Article complet  : ici

Publicités
Cet article, publié dans entreprises, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s